Nominés

Jean-Pascal Quod Directeur de Pareto

  • PROGRESSION

    Depuis 2005 , l'activité de Pareto a doublé. Aujourd'hui, le chiffre d'affaires des deux structures est de 2 millions d'euros. Mécaniquement, la ressource humaine a été elle aussi doublée. Jean-Pascal Quod adopte une stratégie horizontale et une progression par de l'essaimage en limitant les risques. C'est ainsi que Pareto est né. « <em>Quand l'entreprise devient trop grosse, soit elle est absorbée par une plus grosse, soit on fragmente dans des filières de métiers différents.</em> »

  • INNOVATION

    Jean-Pascal applique la règle de Pareto des 80/20 : pour survivre demain, il investit entre 10% et 20% dans l'innovation. Avec les grands projets comme la route du littoral, il mise sur la qualité. « <em>Cela passe par une capacité à être en avance sur les autres. Il faut être capable de ne pas donner les infos pour les mûrir en interne et les protéger grâce aux brevets, par exemple.</em> » Jean-Pascal Quod est égalemnet actionnaire de Asconit, deuxième plus gros bureau d'études en France.

  • DYNAMISME À L'EXTÉRIEUR

    Pour le gérant de Pareto, le village planétaire est une réalité. « <em>Là, je suis avec la Nouvelle-Calédonie, hier j'étais avec Hong Kong, alors que nous sommes une TPE. Or, pour agir à l'extérieur il faut une taille critique. On doit donc créer des « <em>think tanks</em> », des centres d'excellence. Nous venons de travailler pour la coopération japonaise au Mozambique et, au Cap-Vert, pour des missions d'expertise. Nous avons même des demandes pour travailler dans le Golfe de Myanmar.</em> » Pareto dispose également d'un bureau aux Antilles.

  • ENGAGEMENT CITOYEN

    Son engagement citoyen est avant tout scientifique. Jean-Pascal Quod participe au programme Liteau qui est un programme de développement durable de la mer et du littoral, en tant que seul acteur privé. Le deuxime grand engagement est lié au protocole Reef Check qui permet de suivre l'état de santé des récifs par des non-scientifiques.

L'agitateur d'idées

Ce scientifique qui dérange parfois est aussi un entrepreneur qui se développe dans l'ingénierie environnementale et exporte du savoir-faire réunionnais dans la région et bien au-delà.

Jean-Pascal Quod aime filer la métaphore quand il évoque son parcours. Capitaine d'entreprise, il suit une stratégie de l'escadre pour partir avec sa flotte à la conquète des marchés. Quand la météo se gâte, le marin doit tirer un cap afin d'éviter les obstacles. Le gérant de Pareto Ecoconsult et président de l'Arvam (Agence pour la recherche et la valorisation marines) se rappelle avoir failli, vingt fois, mettre genou à terre quand personne ne croyait à son modèle. Ce scientifique de formation, Après une thèse sur les toxines marines, menée à Bordeaux et à Tahiti, remet le cap sur La Réunion. « Quand je suis revenu à La Réunion, il a fallu marner tout seul pendant presque dix ans. C'est à ce moment-là que j'ai fait l'IAE (Institut d'administration des entreprises - Ndlr) car j'ai compris qu'il fallait être à cheval entre l'environnement et le monde économique afin de partager mes valeurs. » À l'époque, sa démarche est encore perçue comme intégriste. « Tout le challenge est là. Le modèle que j'ai développé est atypique. Or, c'est la singularité qu'il faut développer pour trouver des niches de marché. »

En 1992, il fonde l'Arvam, association loi 1901 avec une équipe essentiellement basée sur les métiers de laboratoire. Les moyens ne suivent pas toujours et Jean-Pascal Quod doit composer avec le monde des décideurs politiques et administratifs. Il travaille alors pendant dix ans sur la gestion intégrée des zones côtières, qui est la déclinaison du développement durable au niveau littoral. « On peut gérer l'environnement comme une ressource durable. Jusqu'à maintenant, on a considéré la mer comme une poubelle. Maintenant, pour s'inscrire dans une vraie perspective de développement durable, on doit faire attention aux trois piliers que sont l'écologie, le social et l'économique. » Cet agitateur d'idées scientifiques essaie d'appliquer les stratégies éco-systémiques (écologiques et économiques) à son entreprise. Il refuse le « court-termisme » et adopte une planification à cinq ou sept ans. Il n'hésite pas à se servir d'objets aussi anodins que le Rubik's Cub pour expliquer comment ses projets sont interconnectés. Bien sûr, il est un adepte de la loi de Pareto qui a inspiré le nom de son entreprise née en 2003. « La loi des 80/20 ou comment je focalise 20% de mon temps sur ce qui va générer 80% des bénéfices à venir. »

La force du groupement Pareto-Arvam repose sur un pilier qui est l'ingénierie environnementale, mais également son rôle d'expertise conseil dispensée souvent à l'extérieur de La Réunion. Au-delà, la Recherche et développement est en train d'exploser avec une croissance à deux chiffres dans ce domaine. Jean-Pascal Quod résume son action en une interrogation : comment transformer un métier de bureau d'études en rajoutant 20% de R&D afin de créer les métiers et la valeur ajoutée de demain ?

Archives Nominés Sélectionnez

Année précédente