Nominés

Gérald Weigel

  • PROGRESSION

    Depuis sa création en 2001, Vidange service connaît une croissance de 10% à 20% par an et réalise aujourd’hui un chiffre d’affaires de 3 millions d’euros en prestations de service et de 0,5 million d’euros en travaux, employant 45 collaborateurs. Elle est propriétaire d’un site bâti de 4 200 mètres carrés, d’un parc de 14 camions d’assainissement, de 5 fourgons d’inspection vidéo et a investi, en 2013, dans une excavatrice-aspiratrice. Après cinq années de lutte administrative pour l’ouverture d’une plateforme ICPE (Installation classée pour la protection de l’environnement), Vidange Réunion a investi 750 000 euros dans cette installation, accompagnée à 40% par la Région Réunion et le Feder (Fonds européen de développement régional).

  • INNOVATION

    Un investissement de 480 000 euros apporte à Vidange Service un outil unique à La Réunion, une excavatrice-aspiratrice qui peut aspirer un objet de 9 kilos à 30 mètres de profondeur. Elle permet de faire des fouilles sans risque près de réseaux électriques ou de canalisations. L’entreprise se maintient à la pointe de la technologie, face à la concurrence d’un grand groupe national.

  • DYNAMISME À L'EXTÉRIEUR

    Entreprise sudiste, Vidange Service a créé une antenne à Saint-André en 2007, Est-Assainissement, pour gagner des parts de marché dans l’est et à Saint-Denis.

  • ENGAGEMENT CITOYEN

    Exemplaire dans son observation des réglementations et des procédures, comme celle du bordereau de suivi, Vidange Service a obtenu l’autorisation d’ouvrir une plateforme ICPE (Installation classée pour la protection de l’environnement) en service depuis 2014. L’entreprise peut ainsi assurer le traitement des déchets hydrocarburés.

Gérald Weigel A FORGÉ SA POSITION DE LEADER DES SERVICES EN ASSAINISSEMENT

L’attachement aux valeurs de qualité de service, de juste prix et de développement technologique a porté Vidange Service au-delà de difficultés imprévues. Et l’entreprise peut désormais surfer sur la vague du développement durable.

« Pour cette entreprise familiale, nous nous battons chaque jour pour améliorer notre réactivité et pour maintenir des prix justes. » Aux yeux de Gérald Weigel, l’intégrité dans le positionnement d’une offre de services est la première qualité. Et le fondateur et gérant de Vidange Service a brillamment démontré, par deux fois, la pertinence de son approche entrepreneuriale. « La disponibilité et le gage de sérieux sont nos premiers atouts et le bouche à oreille est notre meilleure publicité. » Un accueil téléphonique performant, utilisant six lignes entrantes, à partir de 6 heures 30 et capable de renseigner les clients au cas par cas, sur les aspects techniques et tarifaires, démontre l’aversion de Gérald Weigel pour les robots téléphoniques. Après une carrière dans la gendarmerie, qui l’avait conduit à La Réunion, ce natif d’Alger, qui a grandi en Métropole, a réussi sa reconversion professionnelle à 34 ans, après dix-sept ans de service. Tout d’abord responsable salarié du secteur sud de Sovidenge, il développe si rapidement l’activité que son niveau de rémunération à la commission crée des dissensions avec son employeur. Il pense à ouvrir un restaurant, mais les clients de l’entreprise le décident à créer sa propre société, Vidange Réunion. « En 1987, il me fallait 600 000 francs pour acheter un camion et le banquier m’a suivi. Je l’ai fait équiper moi-même, à La Réunion, et tout a démarré très vite, se souvient Gérald Weigel. Nous n’étions que deux entreprises sur un marché de l’assainissement qui s’ouvrait et n’a jamais cessé de progresser depuis cette date. » En deux mois seulement, il pouvait déjà acheter son deuxième camion, savamment assemblé par son fournisseur spécialisé, près de Nîmes. Par la suite, il en a acheté une trentaine.

REPARTI DE ZÉRO EN 2001, IL PROFITE DE SON EXPÉRIENCE

En 1994, des péripéties familiales l’obligent à chercher un acquéreur pour Vidange Réunion. L’entreprise individuelle doit être partagée et la faire fonctionner ne peut plus être viable. En 1995, le groupe STAR se porte acquéreur, à condition qu’il en conserve la direction. Mal conseillé, Gérald Weigel perd cependant l’intégralité de son patrimoine personnel. C’est alors un cancer qui le frappe. Il parvient à rester au travail en suivant son traitement médical, mais il trouve bientôt un autre directeur dans son fauteuil. En 2001, c’est encore un nouveau départ, et cette fois il fonde Vidange Service. Avec son fils et un camion que son fournisseur assemble sur un châssis d’occasion. « À partir de 2001, nous en achèterons un par an. Notre chiffre d’affaires a progressé de 10% à 20% chaque année, pour atteindre aujourd’hui 3,5 millions d’euros en prestations de services et en travaux. Nous avons recommencé en faisant mieux, avec l’expérience », raconte Gérald Weigel. L’entreprise possède 14 camions d’assainissement, devient leader sur le marché et s’est implantée en 2004 sur un nouveau site de 4 200 mètres carrés dont elle est propriétaire, au Gol, quittant un site en location sur la même commune de Saint-Louis. L’acquisition récente d’un véhicule de 32 tonnes, équipé d’une excavatrice-aspiratrice, unique à La Réunion, démontre tout ce qu’on peut faire avec des véhicules d’assainissement. « En plus des prestations courantes, nous réalisons des travaux industriels comme l’aspiration de fumées et de cendres, et nous intervenons en sous-traitance pour l’entretien de réseaux collectifs. Pour cela, il faut toujours être à la pointe de la technologie. »

LA MAÎTRISE DE LA CHAÎNE DE L’ASSAINISSEMENT FAVORISE LA CROISSANCE

En 2007, l’entreprise crée son antenne dans l’est, à Saint-André - Est-Assainissement – qui lui apporte la réactivité nécessaire pour honorer des contrats d’entretien avec l’hôpital et la commune de Saint-Denis. En 2004, Vidange Service avait débuté dans l’inspection de canalisations par caméra vidéo, pour s’affranchir des attentes auprès d’autres professionnels. « Une fois commencé, cela s’est développé très vite. Nous avons repris en 2012 l’activité d’une entreprise de diagnostic et de contrôle par vidéo, SDCA OI. L’intérêt, désormais, est que nous maîtrisons toute la chaîne de l’assainissement. Avec notre division travaux, nous pouvons délivrer un devis immédiatement et rester l’unique interlocuteur du client. La réactivité, devant la notion d’urgence, fait 75% de la décision », se réjouit Gérald Weigel. L’une de ses plus importantes réalisations est la nouvelle plateforme pour le traitement des déchets hydrocarburés, sur un site de 1 000 mètres carrés. La première nécessité était d’installer des fosses de dépotage pour les déchets enlevés des citernes. Pour s’affranchir des horaires des stations d’épuration, réduire les va-et-vient et les coûts de décharge par un assèchement partiel des matières. « Notre but était aussi d’obtenir une autorisation pour un site de prétraitement des déchets hydrocarburés, que nous avons enfin obtenue en octobre 2013. Un investissement de 750 000 euros, financé à 40% par la Région Réunion et l’Union européenne. » Le Fonds commun de placement à risque (FCPR) Run Croissance, géré par Viveris Management, est entré au capital de Vidange Service à hauteur de 25% pour une durée de cinq ans. « C’est un bon moyen de financement et qui amène une certaine confiance auprès des banques. »

LE CHOIX DE L'INDÉPENDANCE

L'aventure de Nautilus est celle de l'indépendance. Alain Gaulich crée son agence en 1982, elle s'appelle alors C&P, et il participe en 1986 à la création du réseau RSCG Dom. En 1991, après le rachat de RSCG par Havas, le groupe devient Euro RSCG et, en 1993, il décide de reprendre son indépendance en choisissant le nom de Nautilus. Quatre ans plus tard, il ouvre un bureau à Paris pour mieux accompagner les marques qui visent les DOM (départements d'Outre-mer) et ses propres clients de La Réunion. En 2000, c'est l'ouverture d'une agence à Mayotte, en 2009 en Nouvelle-Calédonie, en 2010 à Tahiti et à Maurice où il a aussi créé, avec le Mauricien Reetesh Motah, Rolling Pictures, une agence spécialisée dans l'animation 2D et 3D pour Internet. Patiemment, Alain Graulich tisse sa toile et, avec les Antilles, il a pu regrouper huit agences Nautilus. De quoi gérer 7,2 millions d'euros de budget et dégager une marge brute de 2,2 millions d'euros.

Archives Nominés Sélectionnez

Année précédente