Nominés

Année 2017

Sylvain GUY Guillaume HAZET

  • PROGRESSION

    Guillaume Hazet et Sylvain ont commencé par travailler seuls durant deux ans avant d’embaucher régulièrement pour atteindre aujourd’hui 48 salariés dont 12 pour L’Atelier Ingénieurs. De quoi réaliser un chiffre d’affaires de 4,5 millions d’euros en 2016 et être le premier cabinet de La Réunion et des DOM. L’entreprise figure dans le Top 100 des architectes français publié par le magazine « DA » et dans le Top 500 régional de L’Eco austral.

  • INNOVATION

    L’Atelier Architectes a été un pionnier dans l’approche environnementale du bâtiment et le bioclimatique où l’on joue sur la ventilation naturelle, bien avant que la réglementation ne l’impose. En 2012, il a fait le choix de créer L’Atelier Ingénieurs qui ne travaille que pour les besoins du groupe et lui permet de proposer une gamme complète de services. Une stratégie de différenciation car ce genre d’intégration est plutôt rare dans le secteur. L’innovation se trouve également dans un management qui n’a rien de pyramidal et où une grande liberté de création est laissée aux équipes.

  • DYNAMISME À L'EXTÉRIEUR

    Avec l’ouverture d’une antenne à Paris en 2015 et d’une autre à Maurice en 2016, le groupe a élargi son horizon tout en nouant de fructueux partenariats qui le renforcent à La Réunion. Il se positionne sur plusieurs projets en France métropolitaine. À Maurice, il travaille sur un projet de centre culturel pour le groupe Médine et sur des logements pour le groupe Trimetys. En Birmanie, il a été retenu pour la construction d’un hôtel écolodge constitué de 14 villas. À Mayotte, il s’est vu confier la réalisation des logements de la gendarmerie de Sada et doit se charger de l’architecture d’intérieur de l’hôtel Le Jardin Maoré. Il prospecte actuellement au Qatar et en Afrique de l’Est, Maurice lui servant de base pour son développement international.

  • ENGAGEMENT CITOYEN

    À L’Atelier Architectes, le mot d’ordre, c’est de privilégier le « Made in Réunion » en s’adressant avant tout à des prestataires locaux. Guillaume Hazet a été élu pendant sept ans au conseil de l’Ordre et s’il s’implique dans le prix de l’architecture qui est organisé tous les deux ans. Il est aussi enseignant à l’école d’architecture depuis huit ans. L’approche environnementale de l’architecture est la marque de fabrique de l’atelier depuis son origine.

GUILLAUME HAZET ET SYLVAIN GUY SE DIFFÉRENCIENT DANS L’ARCHITECTURE
 
Les deux associés et dirigeants de L’Atelier Architectes ont mis en œuvre un modèle original de développement où ils interviennent également dans l’ingénierie, tout en ouvrant des antennes à Paris et à Maurice. De quoi détenir le leadership.
 

« Il n’y pas de culte de la personnalité chez nous. On met en avant l’entreprise et notre organisation fait que nous sommes très permutables. » Il est vrai que Guillaume Hazet et Sylvain Guy ne sont pas les seuls architectes dans ce groupe qui emploie 48 personnes et laisse une grande autonomie à ses équipes. Et quand ils ont été nominés au Técoma Award, ils ont souhaité l’être ensemble. La taille de leur entreprise, créée en 2002, détonne dans un secteur très atomisé où l’on ne compte pas moins de 300 architectes inscrits à l’Ordre. Si l’on ajoute les architectes salariés, on doit arriver à deux ou trois fois plus. Ce qui donne une bonne idée de l’intensité de la concurrence sur un marché où les exigences des maîtres d’ouvrages se révèlent de plus en plus compliquées.

UNE AMITIÉ AUX COULEURS DE L’ENTREPRENEURIAT

Sylvain Guy, 42 ans, est originaire de Reims et s’est formé à l’école d’architecture de Paris où il a travaillé pendant deux avant de venir à La Réunion comme VAT (Volontaire à l’aide technique) en 1999. Son associé et ami Guillaume Hazet, 49 ans, est passé par les écoles de Normandie et de Paris où il a travaillé durant huit ans dans une agence qui intervenait sur de gros marchés publics comme des hôpitaux et des palais de justice. Il s’est installé à La Réunion en 2000, recruté par un cabinet local et a fait ses premières armes sur Kélonia, l’ex-ferme Corail qui est devenue le musée de la tortue. Une expérience de salarié pendant deux ans, avant la rencontre décisive avec Sylvain Guy et une amitié qui se noue et débouche sur la création de leur atelier. Pendant deux ans, ils travaillent seuls, puis commencent à embaucher régulièrement jusqu’à compter aujourd’hui 48 salariés, dont 12 dans L’Atelier Ingénieurs, une filiale qui travaille exclusivement pour L’Atelier Architectes. Le groupe peut ainsi proposer une offre complète de services avec des architectes, des architectes d’intérieur, des directeurs de travaux, des ingénieurs, des économistes de la construction et des projeteurs… De quoi occuper aujourd’hui la première place à La Réunion et dans les département d’Outre-mer, avec un chiffre d’affaires qui a atteint 4,5 millions d’euros en 2016.

PAS DE SPÉCIALISATION MAIS DES COMPÉTENCES POINTUES

Le groupe est chapeauté par une holding, Les Ateliers de la Petite Île (du nom du quartier de Saint-Denis abritant leur quartier général), qui assure des fonctions transversales de gestion administrative et sociale. Pas de spécialisation mais des compétences pointues amènent L’Atelier sur des projets aussi divers que le monorail de la Région, la rénovation de l’église de la Délivrance et le clocher de l’église de Saint Anne. Des chantiers atypiques où l’on fait appel à des savoir-faire anciens comme l’art du vitrail et la céramique. Ce groupe intégré sait aussi jouer la carte des partenariats comme pour le Pôle sanitaire de l’Ouest où il accompagne une agence spécialisée dans ce domaine bien particulier des hôpitaux. On le retrouve aussi dans le projet du Quadrilatère de Saint-Denis. Sur le gros projet du golf de L’Etang Salé, qui pèse un total de 50 millions d’euros d’investissements (avec hôtel est restaurant), un long travail d’accompagnement a été réalisé auprès d’Icade et de la GTOI. Et les études devraient enfin démarrer pour un chantier évalué à cinq ans.

Guillaume Hazet et Sylvain Guy ont été des pionniers dans l’approche environnementale du bâtiment et le bioclimatique où l’on joue sur la ventilation naturelle, bien avant que la réglementation ne l’impose. Une approche qu’on retrouve dans leur travail sur un gymnase de la Ravine des Cabris (à Saint-Pierre), réalisé dès 2005, et sur le marché couvert de Saint-Benoît. Leur cabinet a travaillé également sur le musée Stella Matutina, premier musée labellisé non climatisé de France.

En 2015, l’entreprise se différencie une nouvelle fois en décidant d’ouvrir une antenne à Paris. Et pas une simple boîtes aux lettres puisque 5 personnes y travaillent. « Paris, c’est une porte d’entrée quand on veut travailler sur d’autres territoires. Et puis cela permet de belles rencontres professionnelles qui nous tirent vers le haut à La Réunion. » On peut citer, par exemple, une collaboration avec Chabanne Architecte, quatrième cabinet français, sur le parc aquatique de Champ Fleuri, à Saint-Denis, ou encore avec Nicolas Michelin (grand nom de l’architecture française) sur le projet Beauséjour de CBo Territoria. De quoi mettre en œuvre un éclairage réciproque, l’atelier réunionnais apportant son expertise en architecture tropicale. Et de quoi travailler aussi en « circuit court » puisque de gros projets réunionnais sont parfois conduits à Paris. Ce qui n’empêche pas l’antenne parisienne de se positionner plusieurs projets en France métropolitaine dont celui du musée de l’air du Bourget, plus particulièrement sur la réhabilitation de ses réserves. Le développement à l’extérieur s’est poursuivi avec l’ouverture, début 2016, d’une filiale à Maurice avec deux personnes (voir notre encadré).

Archives Nominés Sélectionnez

Année précédente